Devenir fleuriste : quelques clés pour se lancer

Devenir fleuriste ? D'abord la formation et le savoir-faire !

Toutes les activités artisanales nécessitent une qualification professionnelle pour pouvoir être exercées correctement. Aucun diplôme n'est requis pour vendre des fleurs. Néanmoins, artisan fleuriste est un métier qui s'apprend et qui est en perpétuelle évolution.
L'obtention du CAP, du BP, via un circuit traditionnel ou par le compagnonnage, ou d’un Brevet de Maîtrise est vivement recommandée pour mettre tous les atouts de son côté.
La qualification, lorsqu'elle est attestée par l'obtention du CAP ou par la validation des acquis de l'expérience, équivalant au niveau V de l'Education Nationale, donne droit au titre d'Artisan lors de l'inscription sur les registres des Métiers.

Définition de la profession

Le métier de fleuriste consiste à acheter des fleurs, les préparer, couper, nettoyer et enfin les vendre. Inscrit depuis 1986 au répertoire des métiers, le professionnel est considéré comme un véritable artisan qui sait réaliser une composition florale pour satisfaire les attentes et le budget du client. L'activité est saisonnière avec un pic au moment des fêtes.

Contexte actuel

Dans un marché évolutif marqué par la multiplication et la progression des enseignes, les indépendants font figure d'exemple pour les autres activités. Après avoir progressé jusque dans les années 2000, ils stagnent depuis, mais ne chutent pas, ce qui représente un véritable exploit vu l'explosion de la concurrence ! Pour y parvenir, ils ne doivent pas ménager leur peine : beaucoup de manutentions s'imposent ainsi que de grandes amplitudes au niveau des horaires.

Conditions d'exploitation

L'exploitant, qui doit obligatoirement s'inscrire au répertoire des métiers, peut également être inscrit à la Chambre de commerce.

TVA : réglementation en vigueur

Les deux taux de TVA sont en vigueur depuis le 29 juin 2005. Le taux réduit s'applique aux produits de l'horticulture qui n'ont subi aucune transformation, c'est à dire qu'ils sont vendus dans l'état où ils résultent au stade agricole. Le taux normal s'applique aux compositions florales, parures, guirlandes, couronnes, jardins paysagers, ainsi qu'aux fleurs artificielles.

L’activité fleuriste : les chiffres à connaître

Locaux

Surface de vente de 25 à 60 m² en moyenne. Un atelier ou une réserve de 20 m² pour la composition, le stockage, la préparation des produits floraux. Présenter une surface de vente la plus large possible à l’extérieur. Respecter les contraintes en hygrométrie (95% d’humidité) et de température (15-20 degrés). Une chambre climatique s’impose.

Agencements et éléments de décoration

• Stores ou laques filtrantes pour éviter le soleil.
• Chambre climatique (à partir de 7 500 euros pour une petite taille 120 X 120 X 195 cm) : il est désormais prouvé que la chambre climatique est un outil indispensable à la préservation des fleurs, ainsi que la climatisation du magasin. Une chambre froide permet ainsi de conserver 80% des fleurs pendant trois jours.
• Comptoir de vente, caisse enregistreuse, poste d’emballage.
• Etagères et vitrines de présentation.
• Eclairage adapté au commerce floral.

Au total, il est possible de créer une boutique dans un village par exemple, avec un budget initial de 20 000 €, mais l'investissement peut dépasser 300 000 € en ville.

Valeur du fonds de commerce

L'évaluation des fonds peut se faire en fonction de la marge bénéficiaire nette établie sur les trois derniers exercices, ou bien en fonction du chiffre d'affaires hors taxes annuel.
Les barèmes officiels (source : Mémento Fiscal Francis Lefebvre) prévoient une évaluation comprise entre 30% et 60% du chiffre d’affaires TTC sur trois ans (fleuriste en libre service) et de 45 à 70% (fleuriste traditionnel). Comme toute évaluation de fonds, il faut prendre en compte la rentabilité, l’emplacement et autres paramètres extérieurs.

Matières premières, fournisseurs & stock

Les produits proviennent de France, mais aussi des Pays-Bas (plaque tournante des plantes et fleurs dans le monde), de l'Union européenne (94,6% des importations françaises en valeur) et aussi du Maroc, du Kenya, d'Israël, de Thaïlande, du Costa Rica, de l'Equateur, de la Colombie…

Fournisseurs

• de fleurs coupées : Marchés d’Intérêt Nationaux comme Rungis, grossistes, producteurs marchés régionaux, , importateurs ;
• de plantes vertes et fleuries : horticulteurs, marchés, grossistes, , importateurs.
Il est à noter que la date de coupe des fleurs et des végétaux n’est généralement pas connue des fleuristes.

Stocks

Gérer rigoureusement les achats et les stocks est une des clés du succès. Mieux vaut acheter peu, mais souvent afin de limiter les pertes.
Les stocks se caractérisent par leur fragilité et leur rotation rapide, suite à des réapprovisionnements fréquents. Fréquence d’achats :
• fleurs coupées : tous les deux jours ou deux fois par semaine,
• plantes vertes : une fois par quinzaine.

Taux de perte de marchandise admis par l’administration fiscale :
• 15 à 25% pour les fleurs coupées,
• 12 à 15% pour les plantes fleuries,
• 5 à 10% pour les plantes vertes.

Chiffre d’affaires

Le CA moyen d'un fleuriste en boutique tourne autour de 150 000 euros. Le végétal représente 80 à 90% du chiffre d’affaires.

Prix de revient – marge – résultat

Le revenu net mensuel moyen d'un fleuriste est de 2 000 euros. Les revenus se situent dans une fourchette allant de 1 000 euros à 3 500 euros.

Marge Brute

55 % du CA

Effectif moyen (exploitant inclus)

2,1